Quelques reines de la comédie romantique sud-coréenne…

Une héroïne en quête de l’amour avec un A majuscule. Un héros ténébreux cachant un coeur d’or sous une mine renfrognée et un comportement limite au niveau des règles de politesse entre deux êtres humains. Un héros secondaire au caractère doux et au physique ravageur et une héroïne secondaire b!atch assumée pour former un triangle amoureux. Telle est la recette de base de la comédie romantique à la sauce coréenne.

Sur ces dix dernières années, la romcom a fait partie des genres les plus exploités à la télévision. Si le ton tragique est digne d’un mélodrame parfois, c’est bien l’issue heureuse qui lui permet d’être appelée « romantic comedy ». Certaines actrices ont été tellement marquantes dans un rôle que le surnom de « romcom queen » les suit tout au long de leur carrière.

1ère génération (2000 – 2010): Kim Haneul, Kim Jung Eun et Kim Sun Ah.

mapllyu-kim-haneul

« Moi, je suis l’enseignante. Toi, tu es l’élève ». C’est en pleurs que Kim Chae Won crie ces mots alors qu’elle frappe Choi Kwan Woo à plusieurs reprises [1]. Elle est professeur, il est son élève de terminale. Elle lutte contre cet amour interdit qui avait commencé par une rencontre par accident (littéralement). En 2002, malgré la concurrence de la Coupe du Monde de Football, « Romance » permet à MBC de réaliser de bons taux d’audience allant même à réunir parfois plus de 30% des téléspectateurs par épisode. Ce remake d’un drama japonais met en scène le jeune Kim Rae Won et la pétillante Kim Haneul. Ce rôle de jeune professeur fait d’elle une reine de la romcom. Alors qu’elle a eu l’occasion de jouer dans des mélos, des thrillers, des films d’action par la suite, c’est avec plaisir que le public la retrouve dans le drama « A Gentleman’s Dignity » en 2012 où (coïncidence ?) elle joue une nouvelle fois une enseignante. Cette fois-ci, elle tombe amoureuse du père d’un de ses élèves.

mapllyu-kim-jung-eun

Aujourd’hui, la fille qui accepte de jouer la fausse fiancée auprès d’un homme qu’elle ne supporte pas puis dont elle tombe amoureuse est un cliché. Encore plus quand elle se fait voler sa fortune mais garde le sourire en toute circonstance. Ce type de personnage est devenu tellement commun qu’il a même été baptisé « Candy Girl ». Kim Jung Eun est l’une des premières à l’avoir incarné. En 2004, avec un taux d’audience moyen d’environ 41%, « Lovers in Paris » reste à ce jour l’un des dramas les plus regardés de la télévision coréenne. Ce premier volet d’une trilogie établit la réputation de la scénariste Kim Eun Sook comme la spécialiste en matière de romcom et celle de Kim Jung Eun comme reine du genre.

mapllyu-kim-sun-ah

Été 2005, « My Lovely Sam Soon » débarque sur MBC. Le public s’attache rapidement à Sam Soon, une pâtissière bientôt trentenaire dont la vie tourne au désastre quand elle perd son travail et découvre que son premier et unique petit-ami la trompe. C’est alors qu’elle rencontre Hyun Jin Hun, patron d’un restaurant qui lui donne sa chance. Evidemment, ils ne supportent pas mais ont du mal à rester loin de l’autre. L’originalité de ce K-drama était de faire rêver en utilisant certaines difficultés réalistes. En effet, les rondeurs de l’héroïne ne correspondent pas aux critères de beauté habituels. D’ailleurs, la svelte Kim Sun Ah a pris quelques kilos pour interpréter ce personnage qui manque d’assurance mais n’a pas peur de s’exprimer, quitte à briser la bienséance. Ce rôle marque un tournant dans la carrière de Kim Sun Ah. Alors que ses comédies romantiques suivantes comme « The City Hall » (2009), « Scent of a Woman » (2012) ont été un succès avec des taux d’audience frôlant les 20%, sa dernière comédie romantique en date, « I Do, I Do » (MBC), a créé la surprise en ne réussissant même pas à franchir la barre des 10%. Il faut dire que « Bridal Mask » était LE drama de l’été 2012. Même si les téléspectateurs n’étaient pas aussi réceptifs que ce qui avait été anticipé, cela n’a pas entamé l’attachement que le public porte à l’adorable Sam Soon.

◆ Seconde génération (2010 – 2015) : Gong Hyo Jin, Choi Kang Hee, Jung Yumi

mapllyu-gong-hyo-jin

Gong Hyo Jin a enchaîné les succès en imposant progressivement son style de reine de la romcom avec des rôles insufflant de l’originalité au genre. De l’héroïne cliché à ses débuts comme « Sangdoo! Let’s Go To School » (2003), son rôle d’aspirant chef cuisinier dans « Pasta » (2010) lui a donné le titre de princesse de la romcom. C’est son personnage de Gu Ae Jung, une star has been en manque d’argent et de gloire, qu’elle conquiert définitivement le public avec « Best Love » (2011). Son statut de reine se confirme avec « Master’s Sun » (2013). Ses deux derniers projets TV, « It’s Okay, That’s Love » (2014) et « Producers » (2015), ont reflété une approche de la romcom plus ancrée dans la réalité avec des thèmes portant davantage sur la psychologie des personnages.

mapllyu-choi-kang-hee

De même, Choi Kang Hee joue régulièrement dans des romcoms allant au-delà des clichés de la damoiselle en détresse. Du personnage de garde du corps dans « Protect My Boss » à l’agent secret dans « 7th Grade Level Servant », elle a joué la carte de l’humour et des personnages dans la force. Au contraire, dans « Heart to Heart », elle est la fragilité même en incarnant une jeune femme d’une timidité maladive qui décide de reprendre sa vie mains.

jung-yumi-i-need-romance

Avant la saga « Reply », tvN s’est lancé dans la diffusion de drama avec la saga « I Need Romance ». Abandonnant le concept d’un Sex and the city coréen de la première saison, la seconde saison recentre le récit sur un quatuor d’amis mené par Jung Yumi. La femme maladroite qui n’a pas peur d’exprimer ses sentiments au risque d’être égocentrique, elle réussit à faire aimer (ou en tout cas tolérer) des personnages féminins avec des défauts et des comportements auxquels Madame Tout-le-monde peut s’identifier. Ainsi, malgré des taux d’audience décevants en TV, « Discovery of Love » était parmi les dramas les plus regardés en VOD en 2014.

Troisième génération (2015 – ): Hwang Jung Eum, Seo Hyun Jin, Park Shin Hye ?

hwang-jung-eum-she-was-pretty

La frontière entre mélodrame et comédie romantique se brouillent de plus en plus. Peut-on parler de méloromcom ou de dark romcom ? Hwang Jung Eum fait l’aller-retour entre les deux. Après avoir été une psy un peu déjantée dans « Kill Me, Heal Me », elle a incarné un changement dans la représentation de la Candy Girl  dans « She Was Pretty » (2015). Son personnage « moche » persévérant pour trouver sa place dans le monde glamour de la mode pourrait inspirer une nouvelle tendance afin de mettre en valeur des héroïnes au physique « ordinaire ».

seo-hyun-jin

Nouveau hit de tvN diffusé cette année, « Oh Hae Young Again » a aussi misé sur une héroïne à l’opposé de la perfection. Une fois encore, c’est le réalisme des personnages qui a séduit le public. Seo Hyun Jin fait donc désormais partie des candidates au statut de reine de la romcom…

park-shin-hye

… C’est également le cas de Park Shin Hye. Ayant débuté dans « Stairway To Heaven » alors qu’elle n’avait même pas 10 ans, l’actrice a grandi sous le feu des projecteurs. A l’instar de son personnage dans « Heirs » , drama à grand succès dans toute l’Asie en 2013 – 2014, elle avait gardé jusqu’ici une image d’adolescente. Avec « Doctors » diffusé cet été 2016, le public a pu découvrir Park Shin Hye, la femme. Malgré les critiques sur les scènes de baiser, l’univers médical donnait une ambiance particulière à l’histoire d’amour qui a retenu l’attention des téléspectateurs. La question est : Park Shin Hye pourrait-elle plaire  dans une comédie romantique dans un contexte ordinaire ?

N’est pas une reine de la romcom qui veut. Appartenant à la même génération que Park Shin Hye, Moon Geun Young a beau être reconnue comme une actrice de talent pour ses rôles mélodramatiques, sa tentative au genre romcom adulescent avec Mary Stayed Out All Night a été un échec en 2010. Bien que Cheongdam-dong Alice en 2012 ait enregistré une belle progression en commençant avec un taux d’audience inférieur à 10% pour terminer à plus de 15%, elle n’a pas marqué les esprits. De même, Ha Ji Won, une des rares actrices à avoir misé avec succès sur le genre action, n’a pas convaincu en trentenaire vivant une amitié amoureuse avec son meilleur ami dans The Time We Were Not In Love (2015) [2]. Il est donc difficile pour les actrices d’être versatiles dans une industrie donnant généralement complexité et profondeur aux personnages masculins. Actrices d’expérience ou pas, le défi est donc de trouver des rôles leur permettant d’écrire leur propre définition de la romcom.

 

 

[1] Le châtiment corporel dans les écoles de Corée du Sud a été interdit par la loi à partir de novembre 2010.

[2] Il s’agit d’une adaptation du drama taïwanais « In Time With You » qui mettait en scène Ariel Lin et Bolin Chen. Ce drama a été un des succès de 2011 en Asie. 

Source: (1)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s