Lee Joon : « Mes craintes augmentent au rythme de ma filmographie. »

Lee Joon est en route pour mener une carrière d’acteur à succès. Après avoir débuté dans un rôle d’enfant dans « Ninja Assassin », il a retenu l’attention pour ses rôles sombres ces dernières années. De l’acteur frôlant l’auto-destruction dans le film « An Acotr is an Actor » au psychopathe tueur en série dans « Gapdongie » en passant par le rôle de tueur à gages dans « Iris 2 », il n’avait pas vraiment eu l’occasion de faire dans la comédie. C’est désormais chose faite avec « Luck Key ». Cette semaine, Lee Joon a donné diverses interviews alors que le film, projeté depuis le 13 octobre, approchait la barre des cinq millions d’entrées.

« Pour être franc, je n’y suis pour rien, » a-t-il déclaré au site Starnews. « Tout est grâce à Hae Jin [ndlt: l’acteur qui tient le premier rôle]. J’ai juste suivi le mouvement. Je suis quand même heureux parce que c’est un film que nous avons faits ensemble. Je ne pensais pas qu’il marcherait aussi bien. Je me suis dit que le scénario est drôle, donc le film n’aura pas de mauvais résultats, mais faire plus de deux millions d’entrées, c’est le jackpot. J’ai éclaté de rire dès la lecture du scénario. »

Dans « Luck Key », Lee Joon incarne un loser. Pour interpréter au mieux son personnage, il a perdu 5 kilos et a tout fait pour perdre en muscle. « Dans le film, mon personnage n’est pas vraiment comique. Il est plutôt sombre. C’est pour cette raison que je pensais que sa première apparition et la dernière scène étaient les plus importantes. J’ai vraiment tout donné, en particulier pour la première apparition. Me laisser aller n’était pas difficile à concevoir. Il suffit juste de ne pas regarder dans le miroir. (rires) Et en vérité, je ne me regardais pas dans le miroir. J’ai reçu un choc quand je me suis vu en gros plan. »

Bien qu’il n’ait pas tourné beaucoup de scènes avec Yoo Hae Jin, Lee Joon a l’impression d’avoir reçu des cours de comédie en jouant face à lui.

« Nous n’apparaissons pas souvent ensemble à l’écran, mais j’étais vraiment heureux de pouvoir jouer avec lui. Je n’ai pas étudié la comédie à l’université. Je me suis demandé si j’aurais étudié ces choses-là en suivant des cours à la fac. Nous avons eu beaucoup de réunions. Nous avons vraiment essayé de créer quelque chose ensemble. La scène d’action a pris une semaine de tournage. J’étais vraiment content, » a-t-il ajouté.

Danseur de formation, ne suivant pas de cours de comédie formels, comment fait-il pour améliorer son jeu d’acteur ? « Internet, » a-t-il répondu en riant. « Je regarde les conseils mis en ligne. Je lis les commentaires négatifs. Je réfléchis en me disant « ah, donc je joue effectivement comme ça ! ». Je lis aussi tous les compliments. Je fais attention aux commentaires ou aux critiques faites sur mon jeu d’acteur et je les accepte. Ce n’est pas injuste. Pour être franc, certains commentaires négatifs m’ont fait de la peine. Mais je vieillis et j’essaye de reconnaître aussi bien les compliments que les critiques. Même si je reçois des critiques, je ne montre pas que ça m’atteint. Quand je suis chez moi, je finis par surmonter la période de souffrance. De toute façon, c’est un sujet que je dois accepter. »

Dans le film, il joue un couple avec Lim Ji Yeon avec laquelle il est ami. « Elle habite près de chez moi. On se voyait dans un cadre non- professionnel, on a bu un verre ensemble, c’est comme ça que nous sommes devenus amis. Cependant, comme nous nous sommes rapprochés, c’était difficile de nous concentrer quand il fallait jouer une scène. Quand on est vraiment ami avec quelqu’un, on se met à rire quand on doit jouer une scène sérieuse. C’est pour ça que nous avons un long bêtisier. C’est naturel pour nous de discuter sur Kakaotalk, de dire « c’est toi qui payes » et on va boire un verre. Bien que nous ayons l’occasion de boire ensemble, nous n’avons jamais eu de scandale, » a-t-il conclu avec un sourire.

Cela fait désormais 8 ans que Lee Joon joue régulièrement devant les caméras. Qu’est-ce qui lui plaît autant dans le métier d’acteur ?

« Le métier a un charme certain, mais plus je tourne et plus c’est stressant comme un devoir à faire. Mes craintes augmentent au rythme de ma filmographie. Je me dis que c’est à moi de bien tracer les lignes au fur et à mesure des tournages afin de continuer à changer à chaque rôle si je tourne trois fois en un an. Je pense que je dois trouver la réponse à la question « faire un tournage me donne-t-il de l’énergie ou m’en enlève? ». Je dois briser ce carcan et je réfléchis constamment à la façon de le faire. Je ne sais pas ce que le futur me réserve, mais je dois faire des efforts pour essayer de briser ce carcan. »

Source : starnews

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s